FAQ

RUN’EVA, qu’est-ce que c’est ?

Situé à Pierrefonds, RUN’EVA est le projet de pôle multifilière de valorisation des déchets issus des ménages des 15 communes regroupées au sein du TCO, de la CIVIS et de la CASUD, soit plus de 500 000 habitants. Son objectif est de proposer une solution alternative durable et performante à la pratique de l’enfouissement encore majoritaire aujourd’hui à la décharge de Pierrefonds. Avec RUN’EVA, le déchet n’est plus la fin de vie d’un objet ou d’une matière, il n’est plus une charge, il devient une ressource en étant recyclé ou en servant à produire de l’énergie.

Qu’est-ce que l’enfouissement des déchets ?

Il s’agit d’une pratique qui consiste à enfouir les déchets dans des installations de stockage, ouvrant la voie à une faible optimisation sous forme de matière ou d’énergie. En 2018 à Pierrefonds, 227 000 tonnes de déchets ont été enfouies, faute de filières de valorisation. Consommatrice de foncier, pénalisée par les règlementations européennes et nationales, génératrice de pollutions et de risques sanitaires, la pratique de l’enfouissement est une solution de traitement des déchets dépassée.

Pourquoi le tout enfouissement n’est plus tenable?

Le contexte de La Réunion, une île tropicale avec une biodiversité remarquable, oblige à prendre toutes les mesures pour atténuer les impacts des déchets au plan écologique et sanitaire. L’enfouissement présente des nuisances fortes : risques liés aux maladies comme la dengue, la leptospirose, ou encore les risques de pollution des terres et de l’océan. Le foncier disponible est limité dans le contexte insulaire, il faut donc anticiper pour tenir compte du besoin grandissant d’élimination des déchets. Le volume de déchets devrait suivre une trajectoire de réduction avec l’objectif « zéro déchet », mais l’augmentation de la démographie va maintenir un volume de déchets à traiter conséquent dans les prochaines décennies. L’autre critère de décision est le coût économique de l’enfouissement et la charge qui incombe à la collectivité et à l’usager.

Pourquoi les taxes vont-elles augmenter si rien n’est fait ?

La prévention et le traitement des déchets sont très largement encadrés par des directives européennes et nationales. Ces dernières prônent en priorité la réduction des déchets à la source et le recyclage. Elles pénalisent fiscalement la pratique de l’enfouissement pour inciter les collectivités à y mettre un terme. Ainsi, les taxes liées à l’enfouissement ne vont cesser d’augmenter :

  • la Taxe Globale sur les Activités Polluantes (TGAP) passera de 17€ la tonne enfouie aujourd’hui à 45€ en 2022, puis 65€ en 2025 ;
  • cette hausse se répercutera directement sur le coût de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM), payée par les ménages réunionnais. 

Pourquoi RUN’EVA est un pôle « multifilière » ?

RUN’EVA proposera 3 filières de valorisation des déchets, d’où l’appellation « multifilière » :

  • le tri des matières recyclables (papiers, cartons, verres, ….)
  • la méthanisation des biodéchets (déchets de cuisine, déchets végétaux,…) qui serviront à produire du biogaz ;
  • la valorisation énergétique des combustibles solides de récupération (CSR) issus des autres déchets non recyclables, au sein d’une Unité de Valorisation Énergétique (UVE) afin de produire de l’électricité pour environ 60 000 Réunionnais.

Le procédé est 100% tri et 100% valorisation.

Que signifie la « valorisation » des déchets ?

Ce terme recouvre toutes les opérations visant à ce que les déchets servent à des fins utiles : c’est-à-dire à leur donner une nouvelle vie, sous forme de matière ou d’énergie. Le déchet n’est donc plus une charge mais devient une ressource.

Qui décide et qui réalise le projet ?

ILEVA, le Syndicat Mixte de traitement des déchets des microrégions ouest et sud de La Réunion, est le maître d’ouvrage du projet. La gouvernance d’ILEVA est composée des élus du TCO, de la CASUD, de la CIVIS et de la Région. ILEVA est chargé de la conduite des études et de la mise en oeuvre du projet, sur la base du scénario et des enveloppes financières arrêtées par le comité syndical.

FUTU’RUN est le groupement sélectionné par ILEVA en 2018, en charge de la conception, réalisation, de l’exploitation et de la maintenance du futur pôle RUN’EVA. Le groupement est composé des sociétés CNIM, Spie Batignolles, GTOI, Colas, Bollegraaf, Naldeo, Atelier Architectes et Architrav.

Que changera RUN’EVA dans le traitement des déchets ?

Le projet répond à l’urgence de la situation puisque le site d’enfouissement de Pierrefonds arrivera à saturation dès 2022. Concrètement, RUN’EVA va permettre de réduire drastiquement la quantité de déchets enfouis ainsi que les impacts sanitaires, écologiques, économiques et fonciers liés à ce mode de gestion. RUN’EVA donnera de la valeur aux déchets grâce à leur valorisation sous forme de matière ou d’énergie. Outil industriel de pointe, RUN’EVA nécessitera la création de plus de 60 emplois qualifiés pour son fonctionnement, contre 10 actuellement sur le site d’enfouissement. Environ 1500 emplois indirects seront mobilisés par le traitement multifilière.

RUN’EVA ne risque-t-il pas d’inciter à moins trier nos déchets ?

RUN’EVA va permettre d’affiner le tri. C’est l’une des réponses techniques aux enjeux d’une gestion plus durable de nos déchets. La prévention et le bon geste de tri en amont restent fondamentaux et la sensibilisation des Réunionnais au tri reste indispensable. Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas.  C’est pourquoi ILEVA poursuivra aux côtés des intercommunalités les actions de sensibilisation pour accompagner les usagers dans la réduction de leurs déchets. RUN’EVA est ainsi un outil participant à la trajectoire « zéro déchet » dont les enjeux vont bien au-delà du périmètre du projet.

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

Le déchet a une place primordiale au sein de l’économie circulaire puisqu’elle le considère comme une ressource et non comme la fin de vie d’un objet ou d’une matière. L’économie circulaire désigne «un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. Ces nouveaux modes de produire et de consommer peuvent être générateurs d’activités et de création d’emplois durables» (Source : Ministère de la Transition Écologique et Solidaire)

RUN’EVA jouera un rôle moteur dans le développement et la structuration de l’économie circulaire sur l’île avec la mise en oeuvre de nouvelles activités, créatrices d’emplois.

Quel est le coût du projet ?

Le Pôle RUN’EVA est un équipement industriel de traitement et de valorisation des déchets dont le coût cumulé des études de conception et des travaux est de 219 968 720 € HT, son raccordement électrique au réseau public, nécessitant une double ligne haute tension souterraine, s’y rajoute pour un montant de 15 M€ HT.

Cet investissement va permettre de maitriser et de réduire le coût de traitement du déchet. Comparativement, la tonne de déchet traitée par l’enfouissement est de 88€, la tonne traitée par RUN’EVA sera de 79€.

La charge pour l’usager va-t-elle augmenter?

Oui, si nous restons dans la situation actuelle du tout enfouissement. Non, la charge fiscale sur le contribuable ne va pas augmenter si le projet RUN’EVA est mis en oeuvre.

RUN’EVA est en effet la solution économique qui permettra de passer à une alternative fiable et qui n’augmente pas la charge sur le contribuable. En effet, avec les nouvelles règlementations nationales et européennes qui imposent la fin du tout enfouissement, la TEOM (taxe d’enlèvement des ordures ménagères) va doubler d’ici 2025 si rien n’est fait. RUN’EVA permet ainsi de ne pas augmenter la charge sur l’usager.

À quoi sert la concertation ?

La concertation qui se déroule du 21 octobre au 12 décembre 2019 au titre de l’article  L.121-9 du code de l’environnement permet d’informer le public sur le projet, de répondre aux questions et de recueillir des avis, idées, suggestions. 3 garants indépendants ont été nommés par la Commission nationale du débat public (CNDP) pour assurer la sincérité et le bon déroulement de la concertation organisée par ILEVA. Au-delà des obligations règlementaires, ILEVA souhaite faire de cette concertation un grand temps d’échanges et de sensibilisation aux enjeux des déchets. Les contributions du public permettront d’enrichir le projet ainsi que les réflexions autour d’une gestion plus durable de nos déchets. À son issue, un bilan sera rédigé par les garants et intégré au futur dossier d’enquête publique.

Comment donner son avis ?

Vous pouvez envoyer votre contribution directement en ligne ici  mais aussi par courriel à l’adresse : concertation@ileva.re.

Vous pouvez également déposer votre contribution sur les registres disponibles dans les 15 mairies des communes concernées par la concertation ou par courrier à l’adresse suivante :

ILEVA « Concertation préalable RUN’EVA »

17 chemin Jolifond

BP 560 – Basse Terre

97 410 SAINT-PIERRE

Lors des rencontres organisées notamment dans le cadre de l’ILEVA TOUR,  nos équipes pourront également recueillir vos avis.

L’ensemble des contributions sera intégré au bilan de la concertation.indispensable

logo-ileva

©2019 - Tous droits réservés - Politique de confidentialité - made with by Futurun