Ma contribution à la concertation (Questions, avis, suggestions)​

Contribution postée le 6 décembre 2019 à 12 h 46 min

Envoyer les dechets sur mars solutions

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 6 décembre 2019 à 11 h 42 min

Dans un projet multifilière, lorsqu’on développe une filière c’est généralement au détriment des autres. Par exemple La Réunion ne produit pas suffisamment de déchets verts pour simultanément

* composter
* méthaniser
* incinérer

La seule présence de l’UVE va donc à elle seule appauvrir les autres filières, car d’une part le four doit être allumé en permanence, d’autre part l’injection de déchets verts sera nécessaire pour garantir un pouvoir calorifique élevé. Cela est regrettable car la filière UVE est justement celle dont le bilan carbone est le plus lourd. Et cela encore plus si on tient compte du coût du transport des Refiom vers le lieu de leur traitement.

Le maintien des dégagements toxiques (dioxines entre autres) en-dessous des normes, nécessite des filtres catalytiques qui consomment de l’électricité. Cette consommation d’électricité est-elle prise en compte dans l’estimation de la production électrique de l’UVE ?

On a du mal à voir en quoi la construction d’une usine peut être « évolutive dans le temps » comme annoncé. Idem pour la flexibilité « face à l’évolution de la nature et de la qualité des déchets » : Comment continuer à fabriquer du CSR lorsqu’il y aura (heureusement) de moins en moins de plastique ? Il manque d’ailleurs une étude comparative sur l’intérêt économique qu’il y a à recycler localement ce qui ne l’est pas : des usines permettant de recycler le PET, de séparer le métal du carton dans les briques de lait, etc.

L’évolutivité est également difficile à mettre en œuvre s’il est prévu d’alimenter Pierrefonds en électricité avec l’UVE : comment expliquer aux habitants que grâce à leur comportement vertueux en matière de prévention des déchets ils doivent renoncer, à terme, à cette électricité prétendûment gratuite ?

La phrase « TOUT CE QUI EST RECYCLABLE EST RECYCLÉ, TOUT CE QUI N’EST PAS RECYCLABLE EST VALORISÉ » est d’ailleurs mensongère (actuellement bien peu de recyclable est recyclé, ce sera encore pire lorsqu’on valorisera du recyclable). On le lit d’ailleurs : « l’UVE pourra fonctionner avec de la biomasse végétale issue des déchets verts aujourd’hui non valorisés » : n’est-ce pas là admettre que le compostage n’est pas optimal ?

Concernant les « 62 emplois qualifiés » on constate l’absence de promesse que ces emplois sont locaux. Aux citoyens de juger.

Run’eva se vante de « Donner la priorité à … l’économie circulaire : ressourceries … » : Cela est manifestement faux, à la lecture de la synthèse on voit bien que c’est à l’UVE que la priorité est donnée (et encore une fois on ne peut pas jouer sur
les deux tableaux à la fois).

« Malgré les efforts … , la réduction des déchets à la source est un très long combat » : Le combat est mené assez mollement par Ileva (euphémisme), les efforts sont fort peu visibles.

On remarquera que le projet est décrit non pas au conditionnel mais à l’indicatif comme pour mieux persuader que tout est déjà joué et cela est incompatible avec la notion même de consultation et même de démocratie. Selon le Robert (le dictionnaire, pas le président de région !) « consulter » signifie « demander avis, conseil ». Or je peine à voir à quel moment on me demande mon avis, au contraire cette « consultation » prend un caractère franchement promotionnel pour ne
pas dire propagandal avec l’ileva bus. Le fait que l’adresse mail des « garants » soit située dans le nom de domaine « ileva.re » est également source d’inquiétude.

Pour résumer voici les 3 « objectifs d’Ileva » :

1 : ENGAGER LA RÉUNION DANS UNE DÉMARCHE VERTUEUSE AU PLAN ÉCOLOGIQUE : on en est loin avec la production de mâchefer, de Refiom et d’appauvrissement des déchets verts occasionné par l’incinération. Rappelons à ce propos que, le plastique se fabriquant à partir du pétrole, on devrait le considérer comme un combustible fossile.

2 : PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT EN RÉDUISANT LES NUISANCES ET LES POLLUTIONS : La nuisance olfactive sera effectivement réduite, mais au détriment des pollutions par les dioxines, par les mâchefers, par les Refiom, et surtout l’impact sur la santé publique.

3 : CRÉER DE LA VALEUR, DE L’EMPLOI ET FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE : Cet impératif est tout simplement incompatible avec le projet qui est présenté.

Mettre en place une vraie filière de recyclage des matières plastiques (toutes les matières plastiques), recycler les textiles plutôt que les incinérer, recycler ou composter le bois (plutôt que l’incinérer), lutter vraiment contre le gaspillage alimentaire, et surtout réduire les déchets à la source, serait bien meilleur moyen de créer de la valeur, des emplois (plus d’emplois, de surcroît locaux) et l’économie circulaire (l’incinération n’a rien de circulaire, faut-il le rappeler ?).

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 6 décembre 2019 à 9 h 26 min

Bon projet pour la création d’emploi

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 décembre 2019 à 21 h 19 min

L’incinération : un traitement aberrant !

L’incinérateur brûle ce qui pourrait être recyclé, alors que les coûts des matières premières sur la planète ne cessent de s’envoler. En ne triant pas, il essaie de brûler et ne fait que calciner les déchets organiques qui pourraient être valorisés.

Le bilan de la production énergétique vantée par les défenseurs des UVE est tout d’abord à relativiser, lorsqu’on prend en compte l’ensemble de la chaîne TMB/UVE/CSR : gazole pour le transport des déchets sur longue distance en camion, la transformation par séchage de la matière organique, la production de CSR, l’ajout de matière fossile pour augmenter le rendement de brûlage du CSR, le transport des REFIOM/mâchefers vers la métropole ou le fonctionnement de la torche à plasma. Brûler des déchets, c’est revenir à une production d’énergie thermique non durable dont le rendement est bien inférieur à celui d’autres techniques d’énergie renouvelable plus adapté à notre île.

De plus, par la combustion, il produit des rejets hautement toxiques, un cocktail de métaux lourds et de plus de 700 molécules organochlorées mal connues qui n’existent pas dans nos poubelles, dont les dioxines et les furanes indestructibles pendant une génération et qui se transmettent par la chaîne alimentaire. Certes la réglementation prescrit aujourd’hui des normes, mais qui ne sont pas respectées quand il y a arrêts, dérangements ou dysfonctionnements des UVE ou quand un industriel n’est pas rigoureusement contrôlé…
En 2006, l’Institut National de Veille Sanitaire a démontré l’effet cancérigène de ces molécules parmi la population sous le vent de ces machines à polluer. C’est contre ce danger pour la santé publique que des médecins se sont mobilisés à Marseille, à Lunel et à Clermont-Ferrand avec un collectif de 534 médecins (sans oublier un procès en cours en Seine et Marne mettant en cause l’Etat dans la mort d’une dizaine de personnes).

Il en est de même pour l’environnement : loin d’être le feu purificateur que certains s’imaginent, outre les molécules toxiques qui vont se déposer sur les espaces et les cultures environnantes, l’incinérateur produit une quantité énorme de gaz à effet de serre qu’est le CO2, et des mâchefers (300 kg pour une tonne entrante) qui polluent le sol et l’eau, une fois mis en sous-couche routière (solution semblant abandonnée à la Réunion suite à différents scandales sanitaires).

Le traitement des fumées par des filtres complexes induit des investissements très onéreux qui alourdissent les taxes que paient les citoyens. Sans compter le cout de l’envoi des mâchefers par bateau sécurisé, en métropole pour stockage.

En donnant des Délégations de Service Public à des grands groupes, les élus locaux démissionnent de leur mission de réflexion et d’organisation sérieuse du traitement de nos déchets.
Pour leur plus grand bénéfice, ces groupes souhaitent des volumes de plus en plus importants, non triés. Ce qui va à l’encontre de nos politiques de prévention.

Les alternatives sont possibles

➔ Tout d’abord en diminuant le volume global de nos déchets. En gaspillant moins, en travaillant l’écoconception des produits pour pouvoir mieux les recycler, avec des produits qui durent plus longtemps et en réduisant les emballages. L’utilisation de l’octroi de mer peut valablement orienter les importateurs vers des comportements plus vertueux ou leur faire subir le coût de leurs errements..

➔ Car il est un autre trésor dans nos poubelles, nos déchets organiques : un tiers de nos déchets, la moitié, une fois le reste trié. Cette partie fermentescible, si elle est bien collectée à part,et non polluée ensuite, peut être compostée et ainsi revenir logiquement à la terre, pour la production agricole ou le maraîchage. Mieux, la méthanisation permet une valorisation énergétique avant la valorisation agronomique qu’est le compostage. Au cours d’un processus industriel fiable, non polluant, bien au point (surtout dans les pays étrangers !), la production de biogaz produit 70 à 80 m3 de méthane par tonne entrante (environ 700 kWh). Le méthane est semblable au gaz naturel et
peut donc être utilisé comme carburant, ou pour la production d’électricité. Au prix où sont les énergies fossiles, pourquoi ne pas développer cette filière ? Les installations de méthanisation ne requièrent pas de gigantisme, ce qui permet de les répartir sur le territoire au voisinage des principales sources de déchets à traiter, en limitant le transport à réaliser par des moyens plus légers donc moins consommateurs d’énergie (et pouvant d’ailleurs rouler au gaz!). Et au lieu de bénéficier à des multinationales, le revenu net tiré du gaz issu des déchets ménagers biodégradables mais aussi des déchets verts et d’élevage pourra bénéficier aux exploitations agricoles et favoriser le circuit court de réemploi de l’eau et des sels minéraux, voire du compost.

➔ En triant vraiment et partout: actuellement, on ne valorise qu’un tiers de nos déchets. Or «notre poubelle est un trésor». Le traitement actuel des déchets, que ce soit par incinération ou par enfouissement, est en mélange : c’est écologiquement aberrant et une rente économique pour des groupes multinationaux qui n’attendent que l’accroissement des tonnages…. Les prix récents à la tonne, l’acier à 140 €, l’alu à 450 €, les plastiques à 200 € montrent que nos «déchets» sont transformables en richesse.
L’organisation systématique de collectes sélectives, bien expliquées aux citoyens et aux entreprises, en particulier des déchets organiques, permet d’arriver à un détournement de 70 à 80 % du contenu de nos poubelles.

➔ On peut inviter les citoyens et les entreprises à mieux trier en adoptant la redevance incitative, au poids ou à la levée, avec correctif social, à la place de la taxe injuste d’enlèvement des ordures ménagères. La taxe d’enlèvement des ordures ménagères, n’encourage pas à trier ni à réduire sa production de déchets. Il est nécessaire de la remplacer par la taxe incitative.

➔ Nombre de produits sont jetés alors qu’ils pourraient avoir une seconde vie si les collectivités encouragent le secteur de la réparation, des recycleries, des ressourceries, utiles socialement et créatrices d’emploi. Pour rappel, des études montrent que pour 10 000 tonnes de déchets, 1 ETP est créé si la solution de l’enfouissement/incinération est choisie, 4 ETP pour du compostage, 10 pour du recyclage et 25 pour de l’upcycling / transformation.

➔ Interdire le plastique à usage unique pour la consommation nomade (couverts en plastiques, touillettes, pailles, barquettes…) Pour tous ces articles, il existe des alternatives réutilisables ou a minima compostables ( le développement d’une filière de production de vaisselle à base de canne à sucre sur l’île pourrait être envisagée).

➔ En généralisant la consigne, on permet la création d’emplois pour le lavage et l’embouteillage des bouteilles. Et c’est plus simple et moins énergivore que de trier, casser et refondre les bouteilles collectées.
➔ Encourager la création de boutiques de vente en vrac permet de mettre en avant une solution pour éviter les produits sur-emballés. Coupler avec un indicateur pour identifier clairement sur les paquets des produits s’ils sont facilement recyclables (par exemple avec un code couleur).

➔ Utiliser de manière coordonnée toutes les prérogatives et potentialités de la Région en matière fiscale (modulation de l’octroi de mer), économique (investissement dans des strat-up réunionnaises ciblées sur la filière globale du cycle de vie des produits), énergétique (utilisation du méthane issu des déchets ménagers et verts pour les déplacements doux et la production d’énergie de pointe exclusivement), déplacements, de formation professionnelle aux nouveaux métiers, de sensibilisation via les lycées, de recherche scientifique via l’Université

Toutes ces raisons pour lesquelles je refuse catégoriquement l’incinération, même déguisée en valorisation énergétique au rabais, et demande une réelle ambition de la part des collectivités, à étudier, et mettre en pratique le scénario zéro déchet.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 décembre 2019 à 20 h 38 min

Je suis extrêmement favorable à un nouveau modèle de gestion des déchets avec pour commencer une réduction de la production à la source et une valorisation en énergie compte tenu des besoins en électricité et des possibilités très limités de notre territoire, rendre le déchet utile et impliquer tout un chacun pour une gestion responsable et une consommation modérée en prenant conscience que notre île reste un petit caillou qui a déjà beaucoup souffert de tout ce qu’on a mis dans son sol et dans ses eaux (pesticides, déchets dangereux et non dangereux., route bitumée et bétonnée…) dont les conséquences ne sont certes pas visibles immédiatement à l’œil nu mais sont bien pernicieuses et destructrices pour la nature

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 décembre 2019 à 13 h 10 min

– Rappeler les observations et suggestions qui ont été couchées sur le REGISTRE des enquêtes publiques pour le PROJET incinérateur
– Proposer notre bénévolat auprès de la POLICE de la NATURE pour informer et dénoncer les pratiques non conformes aux dispositions
légales en matière de déchets agricoles non collectés et refusés en déchetterie.
– Informer les usagers sur les nouvelles centrales de valorisation (leur performance en matière de rejet)

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 décembre 2019 à 10 h 18 min

Stopper tout ce qui est emballage plastique

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 décembre 2019 à 9 h 48 min

Je suis pour ce projet d,UVE.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 décembre 2019 à 8 h 58 min

Notre territoire n’a pas vocation à continuer à enfouir – sous forme de montagne – tous les déchets de la Réunion! Pour que ce projet soit accepté, il doit passer par une volonté politique de favoriser le recyclage des déchets, à l’inverse des choix qui ont été faits récemment de limiter le ramassage des poubelles jaunes à 1 fois par quinzaine dans une logique purement économique, c’est inacceptable! Les gens pensent légitimement alors que l’on va vers « le tout déchet » à l’incinérateur, ce qui permettra de l’amortir tout en étant dans une situation de pollution maximale en terme de résidus atmosphériques et solides.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 décembre 2019 à 10 h 23 min

Projet intéressant mais attention à la pollution que pourrais générer l unité.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 décembre 2019 à 9 h 50 min

Bon projet et écoutant l avis de la population

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 décembre 2019 à 9 h 15 min

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 décembre 2019 à 12 h 17 min

J’espère que ça aboutira

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 décembre 2019 à 11 h 58 min

C’est un bon projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 décembre 2019 à 9 h 57 min

Avoir plus de communication sur le projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 décembre 2019 à 9 h 41 min

Si le projet rend service à la population

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 décembre 2019 à 9 h 28 min

Faire de la prevention sur le projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 2 décembre 2019 à 13 h 22 min

Eviter avant tout le sur-emballage, beaucoup trop de produits sont présentés avec des emballages inutiles, ces lots ne sont pas forcément moins chers, il y a souvent tromperie de la part du vendeur. A l’heure actuelle en pratiquant le tri sélectif, mon bac jaune est plein au bout de la première semaine, je suis donc contraint soit de mettre le reste dans des sacs, où de les transporter à la déchetterie. Par contre par semaine je n’ai qu’un sac dans le bac vert. Pour les personnes qui pratiquent réellement le tri sélectif, il y a déjà un effort à fournir sur le planning des collectes.
J’ai également un doute quand à la réalité du retraitement des déchets issue de la collecte des bacs jaunes….

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 2 décembre 2019 à 12 h 05 min

La Seule solution

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 2 décembre 2019 à 9 h 47 min

Action – Réaction, très bon projet j’émets un avis perso favorable à la réalisation de cette outil.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 1 décembre 2019 à 10 h 35 min

Je suis en accord avec ce projet de valorisation. Je tiens cependant à faire remonter mon souci de bac jaune en habitat collectif, en effet ce dernier est partagé avec les commerçants du rez de chaussée qui le saturent avec des emballages, du coup les locataires du dessus ne peuvent plus faire le tri.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 1 décembre 2019 à 10 h 26 min

Il h à trop de dépôts sauvages

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 1 décembre 2019 à 10 h 17 min

Moins dépôts de sauvage, plus de collectes et de ramassage.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 1 décembre 2019 à 10 h 05 min

L idéal serait de contrôler les entrees

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 20 h 22 min

Le zero déchet est impossible aujourd’hui, une solution technique et globale est nécessaire compte tenu de l’urgence

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 19 h 26 min

La priorité c’est la sensibilisation et la mise en place de compostage de quartier

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 18 h 52 min

Il faudrait que il y ait moins de déchets et d emballages

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 17 h 55 min

La priorité c’est renseigner la population pour changer les mentalités.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 17 h 49 min

Trouver une solution pour les compostages pour les habitants en hauteur

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 16 h 56 min

NON A L’INCINERATEUR
PROJET RUNEVA « OUTIL MULTIFILIERE » = UVE (unité de valorisation énergétique) = INCINERATEUR

Stop à la manipulation par une communication biaisée !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 15 h 36 min

Je vis seule en limitant mes déchets au minimum, je possède 2 composteurs, le volume de mes ordures est ridicule. Pourtant, ma taxe « ordures ménagères » est exorbitante par rapport au service rendu. Je souhaite donc qu’elle soit modulée en fonction du service comme c’est le cas pour l’eau et l’électricité. Si les frais sont augmentés, je ferai partie des personnes qui refuseront de payer leur redevance.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 9 h 59 min

Favorable au projet runeva si produit effectivement de l’électricité.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 9 h 43 min

Je ne connais pas le projet donc je ne pas parler de ce que je ne connais pas

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 9 h 32 min

Avis favorable pour le projet run Eva.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 9 h 21 min

Prudent de savoir et d’informer la population sur les émanations de fumées.
Favorable au projet.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 novembre 2019 à 8 h 48 min

Mettre le projet en place le plus rapidement possible

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 14 h 31 min

Avis favorable

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 13 h 06 min

Le tout enfouissement ne mène à rien

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 13 h 02 min

Developper plus les filieres de recyclage, faire plus de produit recyclable et moins polluer et plus de poubelles

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 59 min

Mettre plus de poubelle devant les lycée

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 53 min

Bon projet et que cela ne pollue pas plus

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 53 min

Ce serait bien qu’ il y ait plus de poubelle pour éviter que les gens déposent des déchets dans la rue.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 52 min

Ce serait bien qu’ il y ait plus de poubelle pour éviter que les gens déposent des déchets dans la rue.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 41 min

Il faudrait plus d organisation d actions bénévoles de ramassage de déchets. Il faudrait que les gens fassent plus attention à la manière dont ils jettent leurs déchets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 34 min

Il faut se préparer car la consommation et donc la production de déchets augmentent.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 34 min

Trop dechets. Trop depots sauvage

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 22 min

Plus de bénévole pour collecter les déchets dans la nature.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 14 min

Espere que le projet va aider la reunion dans la gestion des dechets

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 10 min

Un bon projet et mieux que l’enfouissement

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 12 h 09 min

Bonne chose pour la reunion . Il faut eviter les depots sauvages.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 11 h 54 min

Je pense qu’ il devrait y avoir beaucoup plus de poubelle dans les lieux publics

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 11 h 53 min

Bonne idee

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 11 h 45 min

Mettre une solution de traitement de déchets en minimisant la pollution

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 10 h 45 min

Très très bonne chose pour notre petite île

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 novembre 2019 à 10 h 03 min

Bonne iniative,, bon projet pour notre ile

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 14 h 10 min

Avoir un gros centre de tri pour la réunion

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 14 h 08 min

Avoir un gros centre de tri pour la reunion

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 13 h 50 min

Pour le projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 13 h 08 min

Il faut motiver les gens

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 11 h 11 min

Très bon projet dans l’ensemble.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 10 h 59 min

Ce projet nécessite la résolution en partie du problème des déchets enfouis. D’une manière globale, le cadre du projet est positif et on ne peux répondre favorable, il y a des attentes, on verra la suite …

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 9 h 49 min

Recyclage

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 9 h 33 min

Je suis d accord pour tout ce qui fait du bien a la planète

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 9 h 10 min

Creer de l emploi

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 novembre 2019 à 7 h 20 min

Depuis 30 ans ce problème persiste, nous sommes en marge de le résoudre ou presque, c’est une belle avancée ce projet, croisons les doigts, espérons que les décideurs iront jusqu’au bout.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 novembre 2019 à 17 h 49 min

je ne pense pas que l’unité de valorisation des déchets soit une bonne idée dans la mesure où elle va demander de produire plus de déchets pour l’alimenter et la rendre rentable, c’est un cercle vicieux inutile et qui n’implique pas les usagers, et n’est donc pas un moyen durable de traiter le problème des déchets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 novembre 2019 à 15 h 39 min

Il faut rendre le citoyen responsable, système financier après avoir rapporter des déchets de dépôts sauvages

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 novembre 2019 à 12 h 46 min

Un projet innovant et bon pour l’avenir

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 novembre 2019 à 12 h 16 min

C’est une question importante

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 novembre 2019 à 12 h 06 min

Bon je trouve que c’est une bonne idée pour aider la nature et pour diminuer la pollution

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 24 novembre 2019 à 14 h 43 min

Je veux avoir une garantie que l’incinération des déchets près de nos habitations ne POLLUE pas l’air et ne contribue pas au réchauffement du climat.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 24 novembre 2019 à 11 h 23 min

lorsque chaque particulier fait son tri , c’est une goutte d’eau apportée à un Océan. Si on incitait ou obligeait les industriels à recycler les déchets qu’ils génèrent ce serait des torrents d’eau qui seraient déversés dans l’Océan : exemples: faire ramener les consignes par les clients ,ou les faire payer, eviter les surremballages … au lieu de detruire le verre pour le recycler, le reutiliser directement;

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 10 h 44 min

C est un projet prioritaire. Cest un super projet. Qui va de l avant.
Il y a encore de grosses operations de sensibilisation a mener sur la population. Il faut continuer ces operation de sensibilisation. Avec le grand public et surtout les agriculteurs.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 9 h 45 min

Il faudrait qu il y ait une prise conscience concernant les depots sauvage.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 9 h 41 min

Expliquer mieux le tri sensibiliser plus il faut arreter l’enfouissement

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 9 h 33 min

C’est un prestataire d’achat de compost

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 9 h 20 min

La solution de l’incinération reste pour nous une solution polluante dautres technologie pourrait peut l’être moins comme la gazeification il faut investir dans les centres de tris moderne. Il faut également soutenir l’information pour les familles pour faciliter le tri

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 9 h 03 min

Meilleure gestion et surveillance des depots sauvages.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 novembre 2019 à 9 h 03 min

Il faut arrêter denfouir

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 novembre 2019 à 13 h 03 min

Stopper les depots sauvages

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 novembre 2019 à 11 h 35 min

Il faut etre plus responsable

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 12 h 56 min

Arreter avec les objets a utilisation en plastique. Trop de prospectus.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 12 h 48 min

Il faut que tout le monde participe et s engage dans la gestion des dechets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 12 h 31 min

Agir sur le suremballage (Fruits et legumes en supermarché et gateaux gouters)
Prjoet run eva : Moins de pollution donc cadre de vie plus agreables.
Preservation des terres et de lenvironnement.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 12 h 20 min

Prêts a agir davantage dans la gestion des dechets si le coût pour l’usager est maitrisé.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 12 h 17 min

La population augmente il faut mieux gerer les dechets

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 11 h 56 min

Lutter contre les dėpots sauvages.
Bien trier les dechets dune manière generale

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 11 h 56 min

Il faut lutter contre les depots sauvages. Et bien trier les déchets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 novembre 2019 à 9 h 53 min

Avant tout, diminuer le volume global de nos déchets (interdire plastique à usage unique, remettre en place la consigne, favoriser la vente en vrac).
Ensuite, mieux trier nos déchets en accompagnant les citoyens et entreprises (informer et accompagner, mise en place redevance incitative) et valoriser les déchets (déchets organiques -> méthanisation/compost, …).
De plus, il est intéressant de favoriser la réparation avec la mise en place de recycleries et de ressourceries (association ekopratik) qui permet de créer des emplois et de recréer du lien social.

Ainsi, un centre avec une partie incinération de déchets n’a pas sa place à la Réunion.

Pour un développement durable et humain avec la Réunion « ile verte ».

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 20 novembre 2019 à 11 h 48 min

Bon projet et souhaite que ce projet aboutisse

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 20 novembre 2019 à 10 h 51 min

Bon projet il faut tout enfouissement et sensibiliser la pollution.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 20 novembre 2019 à 10 h 40 min

Bon projet et pousser les gens a ramasser les dechets

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 20 novembre 2019 à 10 h 28 min

Bon projet pour la reunion il faut co tinuer dans ce sens

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 19 novembre 2019 à 12 h 03 min

Une bonne chose et persévérer dans le projet.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 19 novembre 2019 à 11 h 04 min

Borne de recuperation de plastique comme ma petite monnaie

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 18 novembre 2019 à 12 h 16 min

Je regrette que ce soit par mon entourage que j’ai connaissance de ce questionnaire.

Pour le reste j’adhère entièrement aux remarques, mises en garde, arguments du groupe local Zéro déchet
Groupe local ZeroWaste agrément ministère de l’environnement
https://www.zerowastefrance.org/fr
https://www.helloasso.com/associations/zero-dechet-la-reunion
https://www.facebook.com/ZeroDechetReunion
http://fr.zerodechet974.wikia.com

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 18 novembre 2019 à 9 h 46 min

Instaurer des compostages dans des quartiers arborés, qu’il y ait une liste de volontaires et responsables du compost, que chacun y contribue et que cette ressource puisse être utilisée pour les espaces verts du secteur.
Ou qu’il soit aussi possible d’avoir un parc de poules pondeuses avec également des responsables, pour valoriser nos déchets alimentaires qui sont une ressource mais finissent bien souvent à la poubelle.
Instaurer une poubelle de tri supplémentaire ? pour séparer papiers / cartons des plastiques.
Renforcer le lien avec le public autour de la valorisation des déchets (information, débat, meeting, vidéo/ pub explicative) car beaucoup pensent qu’il est inutile de trier , et ne sont pas au courant des différentes structures et leurs fonctions sur l’île

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 23 h 53 min

Dès le départ, ce type d’enquête à choix multiple est inadapté au projet .En effet, il ne s’agit pas de savoir si les citoyens sont favorables à un enfouissement alors que l’Europe nous demande d’opter pour d’autres stratégies. On attendrait de Run EVA la présentation d’un projet bien argumenté que les citoyens pourraient amender. Une vraie campagne de sensibilisation au projet par des réunions publiques dans les mairies, ainsi qu’une vaste campagne de presse bien orchestrée. Il faut que nous, Réunionnais s’approprient le projet. Seul manière de réussir.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 11 h 21 min

La Demarche de concertation est très bien

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 10 h 52 min

Qu’il faut Moins consommer

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 9 h 43 min

La priorité absolue serait de diminuer tous les déchets à la source.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 9 h 37 min

La prevention c’est bien mais il faut penser a la repression pour les depots sauvages

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 9 h 31 min

Rendre accessible le compost et le broyât pour les citoyens. Et améliorer accessibilité au panneau solaire et réservoir d’eau de pluie.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 9 h 24 min

Il faut travailler sur l éducation des gens concernant la prévention des déchets

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 9 h 13 min

Arreter avec lenfouissement revenir a la consigne pour les bouteilles

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 9 h 09 min

Il faudrait diminuer les emballages au niveau des super marché

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 8 h 58 min

Aboutissement du projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 8 h 56 min

C est un bon projet.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 16 novembre 2019 à 8 h 45 min

Il faut absolument trouver à la problématique des dépôts sauvages.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 14 novembre 2019 à 23 h 13 min

Pourquoi la mise en place d’un incinérateur ?

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 14 novembre 2019 à 18 h 08 min

L’incinérateur c’est à la fois:
le refus de réduire le gaspillage de matières premières
la pollution de l’atmosphère
La valorisation des déchets après tri par rapport à un incinérateur est dérisoire au vu de l’urgence de l’épuisement des ressorces de la terre et du changement climatique.
Arrêtons de produire tout et n’importe quoi.
Et commençons par arrêter la ublicité qui incite à inventer des besoins qui n’en sont pas.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 13 novembre 2019 à 13 h 20 min

Bon projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 13 novembre 2019 à 10 h 54 min

Transition entre l’enfouissement et le tri poussé.
Agir aux niveaux des écoles éducation et évolution des mentalités.
Faire de sensibilisation et de communication

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 13 novembre 2019 à 9 h 43 min

Les gens doivent faire preuve de civisme . Problème des dépôts sauvages …
Renforcer et mettre en application le principe pollueur/payeur … amendes /brigades de l’environnement.
Faire payer les incivilités…

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 13 novembre 2019 à 8 h 00 min

La gestion durable des déchets me semble être un devoir pour tout le monde chacun à notre niveau. Notre avenir et celui de nos enfants en dépend. Il permettrait de limiter la surconsommation, de lutter contre la pollution des sols, de l’eau ( nappes fréatiques, mers…), limiter l’émission de Co2 , accessoirement améliorerait le budget des ménages, crérait de l’emploi, responsabiliserait davantage la population face aux questions environnementales…
Idées : réinstituer les consignes en verre, traiter nos déchets localement, plus d’actions de nettoyage des ravines ( je veux bien participer!) , campagne d’éducation et d’information auprès de tous…
Un petit bémol concernant la production des biogazs attention à la déforestation…

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 13 h 45 min

C’est un projet très embitieux qui semble être une très belle chose

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 13 h 34 min

Un incinérateur n’est pas une solution. Il faut générer moins de déchets au lieu de trouver des solutions a court terme pour les detruire en polluant.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 13 h 26 min

Un bon projet et urgent

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 13 h 21 min

Bon projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 13 h 13 min

Bon projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 13 h 02 min

Bon projet pour le territoire

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 12 h 54 min

Bon projet et il faut réduire le tout enfouissement.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 12 h 33 min

Projet important

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 12 h 22 min

Bon projet et tout le monde doit participer. Un gros travail à faire auprès des entreprises

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 10 h 44 min

Bon projet mais attention dans l avenir sur l environnement et la pollution de l air

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 10 h 27 min

Bon projet et il le faut. Il faut faire d avantage en amont sur la sensibilisation de la population et réduire les dépôts sauvages.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 10 h 18 min

à lire attentivement
https://www.francetvinfo.fr/etats-unis-san-francisco-une-ville-multi-ecologique_663109.html

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 10 h 14 min

Bon projet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 10 h 06 min

Bon projet mais quand est il de la fiscalité car même si on fait un effort de tri on paie comme tout le monde.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 12 novembre 2019 à 9 h 43 min

Bonne chose pour l environnement et regrette la tardivete du projet.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 11 novembre 2019 à 21 h 11 min

La gestion des déchets est une conséquence du problème qui est : LES DECHETS !
Une des solutions serait que chacun produise moins de déchets, surtout plastiques ! Et que les industriels s’y mettent aussi !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 11 novembre 2019 à 21 h 09 min

arrêtons la surconsommation
refusons le suremballage
developpons la frugalité

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 11 novembre 2019 à 11 h 26 min

Non a l’incinérateur

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 15 h 09 min

Les effets positifs d’une gestion organisée de nos déchets nous permette d’espérer :
La disparition les décharges légales et sauvages.
La valorisation des déchets « incontournables » aujourd’hui ; par exemple, les « Tetra Pak » qui peuvent se transformer en papier ou carton et en objets plastiques.
La création d’emplois et de richesses communes à partir d’un objet aujourd’hui méprisé (le déchet).
L’utilisation de contenants lontan (vacoa, raphia, coco, …).
Dans nos quartiers, le compostage collectif permettrait une gestion positive de nos déchets « verts ». Couplé avec la création de jardins collectifs, partagés où chacun.e pourrait venir fructifier la terre, échanger, valoriser ses savoirs. Contrairement à ce qui se passe dans mon quartier : transformation des espaces verts en béton !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 13 h 54 min

Les déchets sont mal gérés l’enfouissement n’est pas la solution

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 12 h 37 min

Dommage qu’il n’y ait pas de bor’ne à verre dans les résidences

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 12 h 28 min

Il faut absolument valoriser les déchets et sensibiliser plus les adultes

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 12 h 23 min

Le projet est un bon mais plus de sensibilisation

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 12 h 17 min

Passage de ramassage des poubelles jaunes plus frequent

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 11 h 31 min

Pour l’avenir de nos enfants, pour notre environnement, pour l’avenir de notre île, pour montrer que nous sommes capables de faire bien mieux que juste brûler nos déchets, l’incinérateur ne DOIT PAS voir la jour à la Réunion.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 10 h 22 min

Education à faire. Faire plus de tri.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 9 h 32 min

C’est quelque de bien les déchets vont moins trainer

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 10 novembre 2019 à 8 h 29 min

Il faut responsabiliser les gens dès le plus jeune âge.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 11 h 54 min

Poubelle codé pour fiscaliser par rapport à notre production. Et informer la population sur la quantité trier. Collecte borné à verre.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 11 h 37 min

Participer au tri…

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 11 h 34 min

Répression et délation des polueurs

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 49 min

Pour la valorisation par traitement

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 31 min

Trier les déchets c’est bien

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 30 min

Agir sur l’environnement.
Plus d’éducation vers le public scolaire.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 27 min

Il faut éduquer les habitants avant tout

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 20 min

Je soutiens vivement le projet et sensibilise mes proches

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 16 min

Sensibiliser les agents de communes , la population

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 14 min

Bonne idée qui est essentiel dès maintenant, il faut agir rapidement.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 10 h 06 min

Beau projet. On en a besoin. On est en retard dans ce domaine.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 9 h 45 min

Plus d’information et de prévention !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 9 novembre 2019 à 8 h 39 min

Être acteur et m’engagė au quotidien en étant eco-responsable

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 8 novembre 2019 à 21 h 38 min

Je demande qu’en vertu du principe de précaution inscrit dans la constitution, l’impact sanitaire des solutions envisagées soit clairement évalué pour chacune d’entre elles.

Il est clair qu’avec 48.000 morts par an en raison de la pollution atmosphérique, on ne peut envisager la mise en route d’une ou plusieurs UVE sans estimer la mortalité induite par la pollution atmosphérique, aquatique et terrestre, donc alimentaire (car quel que soit leur degré d’épuration, les fumées chargées en dioxines, organochlorés, métaux lourds etc. ne manqueront pas d’accumuler ces substances sur les végétaux, dans la terre, dans l’eau et donc dans la chaîne alimentaire qui les concentrera).

A partir de combien de morts induites par an sur l’île la solution UVE sera-t-elle jugée inacceptable par nos politiciens ? 10, 20, 30, 100, 300, 1000 ?
Quel que soit le critère retenu, comment les populations dans les zones « sous le vent » de l’UVE et donc exposées à ses émissions et retombées seront-elles informées et, éventuellement, mises en position d’objecter à ce projet mortifère ?

Ne faudrait-il envisager de réaliser préalablement des Etats Généraux des Ordures (ménagères) (EGO ou EGOM) afin d’éveiller les consciences citoyennes aux exigences de la situation, ce qui constitue la condition sine qua non des changements de comportements ?

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 8 novembre 2019 à 19 h 25 min

J’ai peur qu’un incinérateur qui brûle les déchets dérivés du pétrole dégage des gaz toxiques dans notre atmosphère.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 8 novembre 2019 à 18 h 14 min

On retrouve encore des choses qui ne sont pas aux normes.
Avoir des garanties plus longues sur materiaux et electromenagers
Inquietude : L’incinérateur il faut avoir beaucoup de dechets pour le remplir

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 8 novembre 2019 à 13 h 03 min

Encourager les entreprises dans le domaine du développement durable et du recyclage.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 8 novembre 2019 à 9 h 14 min

En parler autour de moi.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 8 novembre 2019 à 9 h 07 min

Finir avec les décharges à ciel ouvert,toutes les nuisances impliquées, réduire certainement les décharges sauvages car les personnes pourront se débarrasser peut être plus facilement des objets.
Donner 1 seconde vie, tout est transformable….
Réduire peut être les impacts fiscaux
Créer des emplois …

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 7 novembre 2019 à 23 h 12 min

ce projet est une catastrophe sanitaire, environnementale et économique pour l’île :
– passage d’une situation avec quasiment pas de risque pour la santé (à proximité immédiate du centre de stockage, quelques odeurs et poussières seulement) à une situation d’émission continue de substances toxiques dans l’air, les sols, les aliments et l’eau de surface sur une grande distance (plusieurs dizaines de Km) en zone habitée…..et pour des installations sur 30 ans d’une surface au sol équivalente à un nouveau centre de stockage sur 30 ans (argument foncier contre le stockage n’est pas crédible).
– contre sens technique et économique pour la réduction des déchets à la source et la valorisation matière prioritaire des déchets, choix technico-économique qui ne favorise pas pour l’usagé et la population la valorisation matière
– solution beaucoup plus coûteuse et onéreuse (création, maintenance/exploitation) qu’un centre de stockage pour au final le contribuable usagé citoyen (sans les incitations financière de l’Etat pour l’incinération ou les pénalisations financières de l’Etat contre le stockage) – modèle économique pour faire « tourner » l’économie (industriel, exploitation, valeur marchande des déchets…) avant les préoccupations écologiques…
– Absence de considération et de prise en compte les risques et impact sur la santé publique via les émissions atmosphériques (pas de réflexion départementale sur le choix du site le plus éloigné des populations, pas de surveillance sanitaire présentée, etc.)
– Absence de gestion globale collective multi-partenariales associé à ce projet pour favoriser la valorisation matière, la réduction des déchets, l’éducation et la sensibilisation de la population, etc.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 7 novembre 2019 à 18 h 52 min

Il faut vite étendre la méthode « consigne Dodo » à toutes les boissons dans un premier temps, les aliments ensuite, multiplier des formats standards et communs, mêmes contenants des industries alimentaires aux baraques à frites, prévoir une filière de récupération, consigne, et nettoyage et remise dans le circuit… Notre territoire est un atout formidable pour expérimenter une réglementation sur les emballages !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 7 novembre 2019 à 10 h 22 min

C’est un très bon projet qui répond vraiment à nos attentes

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 7 novembre 2019 à 6 h 28 min

Nous passons l’ultime test de civilisation – nous survivre – dépêchez-vous ; être écologiste c’est 👉 manger végétarien 🌱🍄🦠😋🍽️ et vivre vegan 👕👖👟👍♻️🌍🧠💪⚕️✌️☮️❤️✊

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 6 novembre 2019 à 19 h 55 min

Il faut revoir nos modes de consommation pour diminuer à la source nos productions de déchets, et non favoriser la surconsommation à outrance, en deresponsabilisant les citoyens (« vous pouvez consommer de toute façon les déchets vont brûler !! »)

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 6 novembre 2019 à 10 h 34 min

Nous avons suivi les différents plans d’élimination des déchets, en 10 ans RIEN N’A CHANGE on n’a pas trouvé mieux que « le dispositif de valorisation » qui est juste un nom plus joli que l’INCINERATEUR. Bien sûr on ne met pas n’importe quoi dedans mais l’expérience des autres collectivités a montré les contraintes et les limites et beaucoup regrettent ce choix.
ALLONS NOUS TOUJOURS RESTER A LA TRAINE ET COPIER LES AUTRES ,
Nous avons la chance de vivre sur une île où on peut contrôler les intrants.
Les seules solutions : RECYCLAGE et ECONOMIE CIRCULAIRE avec comme objectif ZERO DECHETS
REVOYEZ VOTRE COPIE et en concertation avec les autres collectivités ( Région y compris)

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 6 novembre 2019 à 10 h 18 min

La réalisation de ce projet est nécessaire, nous ne pouvons continuer à enfouir nos déchets de façon polluante. Il est URGENT de le construire au plus vite, le terrain de la décharge est à saturation. Il correspond au souhait des 15 communes concernées du sud de l’Ile, ce projet a retenu l’avis très favorable de toutes les instances qui l’ont étudié. Le changement d’avis de la Région, est raisonnablement inexplicable.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 6 novembre 2019 à 7 h 33 min

Je suis CONTRE l’incinérateur qui sera une nouvelle source de problèmes sanitaires et financiers pour la population. C’est une contre solution qui incitera encore plus à la consommation et aux comportements irresponsables de la population dans leur gestion des déchets. Et nous devrons à terme faire venir des déchets d’ailleurs pour continuer à faire fonctionner la machine et fabriquer des produits hyper polluants… au lieu de les valoriser.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 21 h 16 min

Protégeons notre environnement, c’est donner une chance aux générations futures de mieux vivre.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 21 h 09 min

Il faut stopper le tout enfouissement et plus informer la population sur comment trier et quoi trier.
Il faut aussi informer d avantage la population sur l enjeux du recyclage et du traitement des déchets notamment par des publicités télévisées diffusées aux heures de pointe et faire comprendre qu on est tous concerné.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 17 h 52 min

L’utilisation d’un incinérateur à déchets n’est pas une solution durable. C’est une solution polluante et ne remettant pas en question nos manières de consommer sur le territoire qui sont actuellement inadaptées pour l’environnement et les générations futures.

Il faut promouvoir des modes de consommations plus durable en remettant en avant la consignes (comme le fait encore les bières Dodo) pour réutiliser au maximum les emballages plutôt que les jeter ; En imposant aux industriels la fabrication de produit avec des emballages totalement biodégradable ( carton, fibre végétales ,… )et en disant Stop au plastique, c’est possible il suffit de changer nos habitudes (consommateurs et producteurs), il y a plusieurs génération nous fonctionnions sans plastique et tout allez bien. En éduquant les Réunionnais a fabriquer plus par eux même des produits qu’ils ont tendance à désormais acheter et qui sont vecteurs d’une pollution par les emballages plastiques importantes (lessives , dentifrices , produits vaisselles et ménagers …) ; En Valorisant les circuit cours, les producteurs locaux et en arrêtant d’acheter des produits à emballages uniques.

Il y a d’autre solutions qui doivent être véhiculées par une politique forte de refonte de nos manières de consommer sur l’île! Nous devons préserver notre île et notre terre … Pour cela le gouvernement doit d’une par commencer par imposer des règles aux industriels et aux commerçants pour les empêcher au maximum de produire ou vendre des produits contribuant à polluer et à augmenter les déchets non biodégradables. Et d’autre part, commencer à éduquer la population réunionnaise et plus largement métropolitaine à consommer de manière plus responsable (voir argumentaire précédent) .

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 17 h 13 min

Les usines de valorisation énergétique ne sont que le nouveau nom de l’incinérateur qui coûte très cher, qui ne fait qu’augmenter la production de déchets, notamment des déchets ultimes dont on ne sait quoi faire et qui produit de la dioxine hautement cancérigène.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 16 h 54 min

Incitation des citoyens au tri sélectif et à une consommation plus raisonnable : publicité ou court métrage à la télévision
Interdire la vente d’objets en plastique à usage unique ou mettre des taxes dissuasives sur ces objets
Mise en place de la consigne pour les objets en verre

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 16 h 50 min

Bonjour, Je pense que la gestion des déchets fait parti des grands dédits à relever à notre époque et encore plus sur une île où ils s’accumulent encore plus vite. Si on essai pas de changer nos comportements maintenant, demain il sera trop tard. Nos enfants nous remercieront d’avoir fait cet effort indispensable. Si l’on choisit toujours les solutions qu’on a l’habitude de mettre en place par facilité ou pour des raisons économiques ou d’opinion publique, on s’empêche d’aller vers un avenir meilleur. A nous d’adapter l’économie à nos idées et je suis convaincu que l’opinion publique suivra. La diminution des déchets, une meilleur gestion et un recyclage utile et innovant permettrait de faire des déchets des ressources. Exemple : déchets vert = compost – déchets alimentaires = biogaz – Déchets plastics = carburant – Huiles usées = huiles ou carburant – Cartes électronique = pièces de dépannage …etc… Mieux gérer ces « ressources » peu donner du travail, améliorer la salubrité des ravines, redonner tout l’éclat à cette magnifique île, rendre la vie plus belle.
Quoi qu’il en soit, très belle journée à vous.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 15 h 17 min

Est on sûr que le tri que nous faisons actuellement est suivi en filières de recyclage ? Je ne crois pas. Au moins donne il une bonne habitude.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 10 h 04 min

Le projet UVE est un projet essentiel pour l’avenir du bassin sud en terme de déchets, nous ne pourrons plus enfouir prochaine donc RUN’EVA et Ileva propose une alternative à cela. Je valide le projet dans sa conception mais faudra veiller à ne pas gaspiller les derniers publics.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 9 h 14 min

Un incinérateur est avant tout un pollueur supplémentaire dans la chaîne des déchets !
Il ne prend pas le problème à la racine: ne combat pas la surconsommation, productrice de déchets, ne combat pas lle suremballage pratiqué pr la grande distribution, ne combat pas les mauvaises habitudes (de jeter n’importe où, de ne pas trier), donc ne responsabilise pas les citoyens dans la prise en main et en charge de ce problème collectif de société.
C’est un pansement sur une plaie béante qui continue à couler !
Une solution marchande, telle qu’un incinérateur (voué à rentabilité et profits!) n’est en aucun cas une solution: avec les sommes colossales qui seront (sont déjà ?!) provisionnées pour cet incinérateur, il faut changer les mentalités via une sensibilisation et éducation massive de la population, et imposer un cycle vertueux d’acquisition, d’utilisation et de recyclage des produits consommés
NON A L’INCINERATEUR !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 5 novembre 2019 à 8 h 54 min

Manifeste pour une gestion durable des déchets
A l’attention de la Région Réunion et des syndicats mixtes SYDNE et ILEVA
A ce jour, un nouveau Plan Gestion Déchet est en cours d’élaboration par la Région Réunion ; celuici
a pour but vertueux de mettre en avant l’économie circulaire de notre île et doit ainsi mettre en
oeuvre une gestion durable des déchets sur l’ile.
En même temps, les syndicats mixtes profitent de la validation antérieure du PPGRDND (2016)
obsolète pour se lancer dans des projets multi filières avec TMB avec en bout de chaine un
incinérateur (UVE/CSR).
Le présent document est donc un appel à la raison et aux respects des lois françaises, des directives
et normes européennes (moratoire sur l’incinération 01/2016 – loi Grenelle / stratégie de gestion des
déchets)
L’incinération : un traitement aberrant !
L’incinérateur brûle ce qui pourrait être recyclé, alors que les coûts des matières premières sur la
planète ne cessent de s’envoler. En ne triant pas, il essaie de brûler et ne fait que calciner les déchets
organiques qui pourraient être valorisés.
Le bilan de la production énergétique vantée par les défenseurs des UVE est tout d’abord à
relativiser, lorsqu’on prend en compte l’ensemble de la chaîne TMB/UVE/CSR : gazole pour le
transport des déchets sur longue distance en camion, la transformation par séchage de la matière
organique, la production de CSR, l’ajout de matière fossile pour augmenter le rendement de brûlage
du CSR, le transport des REFIOM/mâchefers vers la métropole ou le fonctionnement de la torche à
plasma. Brûler des déchets, c’est revenir à une production d’énergie thermique non durable dont le
rendement est bien inférieur à celui d’autres techniques d’énergie renouvelable plus adapté à notre
île.
De plus, par la combustion, il produit des rejets hautement toxiques, un cocktail de métaux lourds et
de plus de 700 molécules organochlorées mal connues qui n’existent pas dans nos poubelles, dont
les dioxines et les furanes indestructibles pendant une génération et qui se transmettent par la
chaîne alimentaire. Certes la réglementation prescrit aujourd’hui des normes, mais qui ne sont pas
respectées quand il y a arrêts, dérangements ou dysfonctionnements des UVE ou quand un industriel
n’est pas rigoureusement contrôlé…
En 2006, l’Institut National de Veille Sanitaire a démontré l’effet cancérigène de ces molécules parmi
la population sous le vent de ces machines à polluer. C’est contre ce danger pour la santé publique
que des médecins se sont mobilisés à Marseille, à Lunel et à Clermont-Ferrand avec un collectif de
534 médecins (sans oublier un procès en cours en Seine et Marne mettant en cause l’Etat dans la
mort d’une dizaine de personnes).
Il en est de même pour l’environnement : loin d’être le feu purificateur que certains s’imaginent,
outre les molécules toxiques qui vont se déposer sur les espaces et les cultures environnantes,
l’incinérateur produit une quantité énorme de gaz à effet de serre qu’est le CO2, et des mâchefers
(300 kg pour une tonne entrante) qui polluent le sol et l’eau, une fois mis en sous-couche routière
(solution semblant abandonnée à la Réunion suite à différents scandales sanitaires).
Le traitement des fumées par des filtres complexes induit des investissements très onéreux qui
alourdissent les taxes que paient les citoyens. Sans compter le cout de l’envoi des mâchefers par
bateau sécurisé, en métropole pour stockage.
En donnant des Délégations de Service Public à des grands groupes, les élus locaux démissionnent de
leur mission de réflexion et d’organisation sérieuse du traitement de nos déchets.
Pour leur plus grand bénéfice, ces groupes souhaitent des volumes de plus en plus importants, non
triés. Ce qui va à l’encontre de nos politiques de prévention.
Les alternatives sont possibles
➔ Tout d’abord en diminuant le volume global de nos déchets. En gaspillant moins, en travaillant
l’écoconception des produits pour pouvoir mieux les recycler, avec des produits qui durent plus
longtemps et en réduisant les emballages. L’utilisation de l’octroi de mer peut valablement orienter
les importateurs vers des comportements plus vertueux ou leur faire subir le coût de leurs
errements..
➔ Car il est un autre trésor dans nos poubelles, nos déchets organiques : un tiers de nos déchets, la
moitié, une fois le reste trié. Cette partie fermentescible, si elle est bien collectée à part,et non
polluée ensuite, peut être compostée et ainsi revenir logiquement à la terre, pour la production
agricole ou le maraîchage. Mieux, la méthanisation permet une valorisation énergétique avant la
valorisation agronomique qu’est le compostage. Au cours d’un processus industriel fiable, non
polluant, bien au point (surtout dans les pays étrangers !), la production de biogaz produit 70 à 80
m3 de méthane par tonne entrante (environ 700 kWh). Le méthane est semblable au gaz naturel et
peut donc être utilisé comme carburant, ou pour la production d’électricité. Au prix où sont les
énergies fossiles, pourquoi ne pas développer cette filière ? Les installations de méthanisation ne
requièrent pas de gigantisme, ce qui permet de les répartir sur le territoire au voisinage des
principales sources de déchets à traiter, en limitant le transport à réaliser par des moyens plus légers
donc moins consommateurs d’énergie (et pouvant d’ailleurs rouler au gaz!). Et au lieu de bénéficier à
des multinationales, le revenu net tiré du gaz issu des déchets ménagers biodégradables mais aussi
des déchets verts et d’élevage pourra bénéficier aux exploitations agricoles et favoriser le circuit
court de réemploi de l’eau et des sels minéraux, voire du compost.
➔ En triant vraiment et partout: actuellement, on ne valorise qu’un tiers de nos déchets. Or «notre
poubelle est un trésor». Le traitement actuel des déchets, que ce soit par incinération ou par
enfouissement, est en mélange : c’est écologiquement aberrant et une rente économique pour des
groupes multinationaux qui n’attendent que l’accroissement des tonnages…. Les prix récents à la
tonne, l’acier à 140 €, l’alu à 450 €, les plastiques à 200 € montrent que nos «déchets» sont
transformables en richesse.
L’organisation systématique de collectes sélectives, bien expliquées aux citoyens et aux entreprises,
en particulier des déchets organiques, permet d’arriver à un détournement de 70 à 80 % du contenu
de nos poubelles.
➔ On peut inviter les citoyens et les entreprises à mieux trier en adoptant la redevance incitative, au
poids ou à la levée, avec correctif social, à la place de la taxe injuste d’enlèvement des ordures
ménagères. La taxe d’enlèvement des ordures ménagères, n’encourage pas à trier ni à réduire sa
production de déchets. Il est nécessaire de la remplacer par la taxe incitative.
➔ Nombre de produits sont jetés alors qu’ils pourraient avoir une seconde vie si les collectivités
encouragent le secteur de la réparation, des recycleries, des ressourceries, utiles socialement et
créatrices d’emploi. Pour rappel, des études montrent que pour 10 000 tonnes de déchets, 1 ETP est
créé si la solution de l’enfouissement/incinération est choisie, 4 ETP pour du compostage, 10 pour du
recyclage et 25 pour de l’upcycling / transformation.
➔ Interdire le plastique à usage unique pour la consommation nomade (couverts en plastiques,
touillettes, pailles, barquettes…) Pour tous ces articles, il existe des alternatives réutilisables ou a
minima compostables ( le développement d’une filière de production de vaisselle à base de canne à
sucre sur l’île pourrait être envisagée).
➔ En généralisant la consigne, on permet la création d’emplois pour le lavage et l’embouteillage des
bouteilles. Et c’est plus simple et moins énergivore que de trier, casser et refondre les bouteilles
collectées.
➔ Encourager la création de boutiques de vente en vrac permet de mettre en avant une solution
pour éviter les produits sur-emballés. Coupler avec un indicateur pour identifier clairement sur les
paquets des produits s’ils sont facilement recyclables (par exemple avec un code couleur).
➔ Utiliser de manière coordonnée toutes les prérogatives et potentialités de la Région en matière
fiscale (modulation de l’octroi de mer), économique (investissement dans des strat-up réunionnaises
ciblées sur la filière globale du cycle de vie des produits), énergétique (utilisation du méthane issu
des déchets ménagers et verts pour les déplacements doux et la production d’énergie de pointe
exclusivement), déplacements, de formation professionnelle aux nouveaux métiers, de
sensibilisation via les lycées, de recherche scientifique via l’Université
Toutes ces raisons pour lesquelles nous refusons catégoriquement
l’incinération, même déguisée en valorisation énergétique au rabais, et
demandons une réelle ambition de la part des collectivités, à étudier, et
mettre en pratique le scénario zéro déchet.
Il est temps de mettre en application les slogans « d’ile verte » et suivre
l’exemple d’autres territoires dans le monde, là où la réussite de leur gestion
leur vaut les éloges de l’ensemble des citoyens investis ( Capannori, Roubaix,
Vence, San Francisco, Kamikatsu, etc … )
Recycler, valoriser, composter l’organique, le méthaniser ;
Réutiliser plutôt que jeter,
Généraliser la consigne, taxer et interdire les déchets non
recyclables sur l’île
Ne pas polluer, Faire des économies, Créer des emplois
locaux,
Nous ne validerons pas le nouveau plan sans ces
prérogatives
Non à l’incinération, c’est possible !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 23 h 04 min

Votre questionnaire est orienté …..! La revalorisation énergétique des déchets ( ou Incinération ) n’a plus de sens – en recyclant plus – en limitant le gaspillage alimentaire et en compostant – en redonnant une seconde vie aux objets – en consommant plus responsable et évitant les aliments suremballés.
Quel est le taux de dioxyde de carbone rejeté par l « UVE » ?
Une fois trié le papier, le carton et les plastiques que reste t il qui brûle ? Sachant que les déchets vers sont compostés. Non ?
Les cendres d’un « UVE » sont elles plus polluantes que les déchets eux même ?
Ou seront elles entreposées ?
Qu’elle quantité de cendre produirez vous avec l’UVE ?

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 21 h 36 min

Mise en place d’une station de trie des déchets associée à des ateliers de réparation(ressourcerie), de recyclage/transformation du papier, verre et plastiques, et de compostage.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 19 h 42 min

Je suis fortement contre un incinérateur qui ne va pas permettre d’éduquer la population vers le recyclage , qui va polluer : c’est une régression

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 17 h 25 min

Il me paraît essentiel dans un premier temps de diminuer la quantité de déchet en sensibilisant les habitants sur l’intérêt du compostage, la diminution de plastic, la diminution de sur emballages, dans un second temps au tri et à la revalorisation des déchets réparation de l’électroménager…..
Enfouir et incinérer les déchets ne sont pas des solutions durables

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 15 h 39 min

La question ne devrait même pas se poser, surtout sur une île aussi petite, que la Réunion concernant l’enfouissement des déchets. Cela doit s’arrêter.
Par contre, de grandes campagnes d’éducation du public sur la gestion de leurs déchets ménagers est important, beaucoup trop de personnes ne trient pas les produits basiques, on manque d’information pour savoir quel bac utilisé selon certains types de déchets. Evidemment, consacrer réellement un budget pour une valorisation des déchets, le recyclable, la réduction de certains déchets est primordial mais cela représente à terme des emplois à différents niveaux de qualifications. L’avenir est là, dans l’économie circulaire. Nous produirons toujours des déchets, maintenant il faut savoir qu’une grande majorité d’entre eux peuvent avoir une seconde vie. Il est essentiel de communiquer là dessus. Certains gestes basiques (utiliser un cabas en magasin par exemple) n’est pas du tout acquis par une grande majorité de la population réunionnaise. Sanctionner les grandes surfaces qui proposent des fruits & légumes suremballés (une aberration!)
Certaines îles et régions, et pas parmi les plus riches, se lancent à 100% dans la préservation de l’environnement, La Réunion pourrait devenir une figure de proue pour les ultra-marins français mais aussi pour le reste des régions françaises.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 13 h 40 min

Transformer les tétrabriques alimentaires en matériaux d’isolation destinés à la construction, supprimer les importations de produits industriels surremballés, favoriser la vente et la production de produits pays, y compris artisanaux, organiser des collectes de déchets alimentaires destinés au compost, créer sur place des unités de fabrication de couverts, barquettes et assiettes en feuille banane et palmier, encourager les initiatives comme celles de TiTang Récup par exemple, organiser le consignage des verres et bouteilles, encourager la vente en vrac etc…
Mais par pitié, pas de cet incinérateur couteux et polluant !
Mieux vaut changer nos habitudes que de subir ça.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 12 h 34 min

Je suis totalement opposé à ce projet qui n’est qu’un incinérateur qui n’en porte pas le nom.
Il s’agit en plus d’une usine à cancer. Si à San Francisco ville de 900 000 habitants il est possible de tendre vers du zéro déchet pour 2020 à la Réunion nous en sommes capable également (pas pour 2020 puisque le processus n’est pas suffisamment engagé mais sous un horizon de 5 ans c’est faisable) . Il suffit d’une volonté politique qui n’est vraisemblablement pas présente aujourd’hui…

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 11 h 11 min

Créations d’entreprises de retraitement des déchets, avec une aide de l’Etat, de la Région ET du Département, ( aide consistant à zéro taxes et charges ) afin de promouvoir des emplois, ce qui redonnera du pouvoir d’achat aux Réunionnais, recréera de la consommation ( locale si possible ) d’autres emplois ( donc des rentrées de charges sociales et tva ) et par la suite une indépendance énergétique

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 10 h 37 min

Réduire nos déchet, voilà ce qui primordial.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 9 h 23 min

Diminuer voir supprimer (a long terme) notre consommation en plastique. Les remplacer par des matériaux durables et meilleurs pour l’environnement.
Recycler et réutiliser ce qui peut l’être.
Trier davantage et apprendre à nos enfants ce qui est bon pour notre terre.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 9 h 12 min

le dechet le plus propre est celui qu on ne produit pas. il est urgent DE REDUIRE LES DECHETS, avec des mesures incitatives mais pourquoi pas aussi coercitives. la centrale que vous proposez va nous inciter a produire tjrs autant de dechets. elle aura aussi son lot de nuisances. PLUS DE VRAC! (accessible financierement) PLUS DE CONSIGNES! n attendons pas pour interdire les barquettes plastiques. penalisons les entreprises qui suremballent leurs produits.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 8 h 37 min

Les incinérateurs demandent pour leur « rendements » des quantités de plus en plus importantes de déchets, ce n’est donc pas la façon de les empecher, trier, recycler, …c’est aui contraire un frein à la réduction

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 7 h 59 min

Incinérer les déchets solides revient à créer une pollution atmosphérique: ce n’est pas une solution souhaitable. Seule une politique de réduction de la production de déchets permettra un développement viable du territoire.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 4 novembre 2019 à 7 h 43 min

Je suis contre l’incinerateur Du Sud !
On est en 2019 et comment peut on encore valider ces méthodes sans proposer d’alternative ?!

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 novembre 2019 à 23 h 30 min

Cette proposition ne va toujours pas bousculer les réunionnais dans leurs habitudes. Nous allons continuer à consommer plus, augmenter nos déchets…plus tard il faudra une autre UVE et ainsi de suite . La seule solution durable est le zéro déchet

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 novembre 2019 à 22 h 06 min

Je ne souhaite pas d’un incinérateur.
Je souhaite que les déchets soient recyclés sur l’île et valorisés ici.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 novembre 2019 à 22 h 05 min

Bonjour,

Brûler des déchets nest pas une solution à ce problème. Nous vivons sur une île et la crise des gilets jaunes nous a montré o combien nous étions fragiles
Nous avons besoin de nous responsabiliser, d investir au maximum pour que les réunionnais puissent se passer de tous ces déchets qui nous encombrent et nous étouffe . Encourageons davantage les initiatives zéro plastique, zéro déchet, il faut démocratiser encore plus le vrac, la production locale et bio

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 novembre 2019 à 21 h 31 min

Je suis contre votre projet à 300%

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 novembre 2019 à 20 h 34 min

Je suis contre ce projet qui aura toujours besoin de dechets pour assurer son fonctionnement et qui e cautionne voir aggraverale système de consommation actuelle. Il n’est pas durable et ne favorisera pas les pratiques respectueuses comme le zéro déchets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 3 novembre 2019 à 19 h 12 min

Le premier objectif à ne pas perdre de vue est la réduction des déchets à la source! Idéalement l’UVE devrait à l’avenir réduire son activité au moins sur la partie RCE.
Il faudrait une transparence complète sur la composition précise de toutes les émissions liées à l’incinération des RCE, pas seulement le CO2.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 30 octobre 2019 à 17 h 28 min

Consommer local, privilégier le vrac

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 30 octobre 2019 à 1 h 37 min

Bonjour,
J’habite St Pierre et à la maison on essaye de faire le tri au mieux. Cela dit pour certains objets on a encore du mal à savoir où les jeter. Il setait intéressant de créer un site ou une application sur téléphone où serait resencés tous les objets et leur destination. Par exemple on taperait « rideau de douche » dans une barre de recherche et cela nous indiquerait poubelle jaune, verte ou déchetterie. Personnellement je trouverais un tel outil d’une grande aide.
Ensuite ça serait pas mal que les supermarchés arrêtent de nous proposer des produits suremballés, tout le monde n’a pas les moyens ou le temps d’aller faire ses courses en magasin bio. J’aimerais bien trouver du shampoing solide en supermarché par exemple.
Je pense qu’il faut aussi s’atarder sur la qualité de l’eau qui est très mauvaise dans certaines villes poussant les réunionnais à acheter de l’eau en bouteille.
Bonne soirée à vous.
Candice.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 29 octobre 2019 à 18 h 53 min

Il y a urgence à stopper le tout enfouissement (de toute façon saturé) tant sur le plan sanitaire, qu’écologique, foncier , fiscal ; donc l’urgence d’abord car la prévention et le but zéro déchets seront plus longs à atteindre (la californie s’y emploie depuis 40 ans)
Ne trainons plus ..

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 28 octobre 2019 à 9 h 04 min

La préservation de l’environnement au sens large, et à long terme, sous tous ses aspects (qualité des sols, biodiversité, qualité de l’air….)ainsi que la préservation de la beauté naturelle de notre île (paysage non défiguré), me semblent essentiels. Il faut en finir avec les pratiques d’un autre âge et se tourner vers toute solution durable.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 octobre 2019 à 11 h 54 min

Dans votre brochure vous mettez en avant les économies fiscales à faire si l’on arrête avec le tout enfouissement. Evidemment ! Mais il faut l’arrêter d’abord et surtout pour des raisons écologiques et environnementales. Les crédits alloués à vos campagnes d’informations ne sont pas utilisés de façon optimale selon moi. Vous devriez réaliser et diffuser des spots télévisuels aux heures de grande écoute ( avant et après les JT ) pour re-sensibiliser ou « éduquer » les personnes.
Même sur une vidéo de 30 ou 40 secondes, on a le temps d’expliquer le bien-fondé de la nécessité de nouvelles infrastructures qui vont dans le sens du développement durable. Et tant pis pour ceux qui n’y comprennent rien et/ou qui s’en fichent car cela leur sera de toute façon aussi profitable à moyen terme !
Mais dans l’absolu votre campagne est inutile. Il faut arrêter de se demander et de demander si cela serait bien de faire! Il faut le faire! Et il faut le faire car c’est éminemment nécessaire et bénéfique (notamment quand nous aurons démographiquement dépassé le million d’individus).
Ces équipements à venir (qui auraient déjà du être fait depuis longtemps) sont nécessaires de toute façon et participeront au bien-être de tous (y compris des animaux marins!)
Considérez les Réunionnais comme des gens intelligents et responsables et ils le seront !

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 27 octobre 2019 à 6 h 46 min

le tout enfouissement n’est plus viable et totalement irresponsable aujourd’hui, la première démarche consisterait à produire moins de déchets, sans leur jeter la pierre , les industriels et la grande distribution ont un rôle important à jouer, ce sont les premiers acteurs concernés : on sur emballe moins on pollue moins…on nous autorise à laisser les emballages à la porte des moyennes et grandes surfaces , celles ci comprendront rapidement ce qui aurait à faire….
l’importation à outrance via internet ou autre génère aussi des déchets…
enfin pour résumer rapidement on peut plus se passer aujourd’hui d’un moyen efficace d’éliminer les déchets : l’incinération maitrisée

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 26 octobre 2019 à 16 h 49 min

Moins de pollution visuel, olfactif, départ de feu.
Développer, l énergie de l’incinérateur, même si celui-ci n’est pas nommé et intégrer sa production dans le réseau de fourniture d’ électricité, ou de production d’au chaude. (COMME CELA SE FAIT A TOULOUSE, ou celui-ci alimente en eau chaude le CHU de Rangueil et les quartiers HLM du Mirail)
A moyen terme rendre la plate forme de traitement totalement autonome dans sa gestion d’ alimentation en électricité.
Développer la filière et créer de l’ emplois durable;
Arrêtons d’être égoïste et de ne penser qu’à son petit confort personnel et plutôt voir une perspective plus élargie dans le développement durable. Assez de mots maintenant de l’ action.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 26 octobre 2019 à 13 h 55 min

MOINS DE POLLUTION
DIMINUTION DES VOLUMES PAR EDUCATION DE LA POPULATION ET PRESSION SUR LE INDUSTRIELS ET COMMERÇANTS
GESTION MINUTIEUSE DES RÉSIDUS POUR ABAISSER LES CONCENTRATIONS DE PARTICULES
COERCITION ENVERS LES POLLUEURS

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 octobre 2019 à 13 h 23 min

Je trouve ce projet assez interessant. Il permettrait de faire naître une bonne économie verte. Cependant, il faudrait faire attention aux traitements des plastiques agricoles (sont-ils réutilisés ?). Et bien sûr, dans l’alignement de cette démarche de développement durable, faire attention aux moyens de constructions utilisés, à qui les produits finaux notamment l’électricité produite sera destinés, et aussi peut-être moderniser les méthodes de collectes et de tri chez l’habitant qui sont sans doute assez peu efficaces.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 octobre 2019 à 11 h 53 min

Continuer ma demarche en limitant l’achat de produits suremballles, en triant et en en parlant autour de moi…et la, il y a du boulot!

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 25 octobre 2019 à 10 h 28 min

Creation d emploi

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 24 octobre 2019 à 11 h 04 min

Plus que tout autre territoire nous sommes une petite île principalement faite de montagne et lieux inaccessible. Dans quelques années nous serions rapidement débordés par les déchets de toutes sortes. Avant tout il faut responsabiliser la population souvent négligente laissant des bouteilles plastiques et canettes métalliques un peu partout dans la nature, des épaves de voitures par centaines, des mégots de cigarettes sur les plages etc…des campagnes d’information sur tous les médias et l’enseignement à dès les petites classes aux élèves à adopter les gestes vertueux.
En outre la gestion durable de nos déchets, et recyclage, permettrait à notre magnifique île de sa beauté et encourager les populations à moins consommer.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 23 h 12 min

non à un incinérateur qui ne dit pas son nom !!!!!
non aux nuisances d’une île pour l’heure relativement préservée au niveau de sa qualité de l’air !!!!

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 14 h 30 min

Nous sommes sur une île et c’est à nous de gérer complètement nos déchets, rien de doit partir en mer ailleurs pour être recyclé. Je suis pour le 100% traitement des déchets sur place. C’est une question de responsabilité et de respect des pays – asiatiques- qui en ce moment croulent sous les poubelles de l’occident. Les Réunionnais sont intelligents et peuvent comprendre l’engagement individuel et collectif que demande un tri rigoureux, un recyclage et un traitement de TOUS nos déchets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 14 h 24 min

Il faudrait trouver un moyen de ré-utiliser le verre et le plastique au niveau local. Il faut taxer les suremballages qui voyagent pendant 10 000km. Il faudrait aussi formaliser un ou des contenants standards locaux pour acheter des denrées alimentaires en vrac au marché et au supermarché.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 13 h 54 min

Si le traitement des déchets n’engendre pas de pollution de l’air par émanation de gaz nocif pour la santé, mais veille à redonner une 2e vie aux déchets, oui, je suis pour.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 12 h 27 min

Bonjour,
Si l’objet de la concertation et du formulaire que j’ai rempli est juste une justification de l’appui du public à un incinérateur vous faites fausse route.
Enfouir des déchets sur une ile est juste stupide et relève de l’automutilation sauf si l’on veut en partir et laisser le problème aux autres. Incinérer des déchets plastiques et autres déchets non recyclables au motif de pas pouvoir les recycler est stupide également. De plus une partie des habitants de la Reunion sont des cochons il n’y a qu’a voir le volume de déchets présent dans l’environnement, les scènes quotidiennes auquel on peu assister juste en suivant un bus scolaire pour voir voler des caprisuns et les tonnes de déchets ramassés chaque semaine par les services des communes, sans parler des dépôts sauvages. Sans rester dans l’apitoiement, le constat est simple et affligeant à tous les niveaux mais les solutions existent et doivent être toutes mise en place simultanément et SANS DÉLAIS pour obtenir du résultat.
Il faut un volet particulier comportant une uniformisation et une simplification des consignes de tri (déchets alimentaires=poubelle orange/ verte et autres déchets = poubelle jaune/déchèterie/bacs spécifiques), une obligation de recyclage avec des sanctions à la clé pour les récalcitrants, de fortes sanctions des déchets sauvages. Un volet collectivité/organisme de collecte des déchets avec obligation de collecte de tout déchets non biodégradables en vue d’un recyclage, la poubelle verte/orange ne doit contenir que des déchets alimentaires et biodégradable pour une éventuelle valorisation (méthane, incinération…). Un volet industriel avec l’interdiction d’utilisation de matériaux non recyclables et la taxation des matériaux recyclables en fonction de la difficulté de retraitement et du volume résiduel après recyclage. L’homme est inventif, les solutions existent et font appel au bon sens. On pourrait imaginer de standardiser les bouteilles plastiques dans le secteur alimentaire qui sont aujourd’hui en PET a usage unique (eau soda…) et de les faire en PP réutilisable avec par exemple 5 contenances différentes et 1 format standard unique obligatoire. Les industriels n’auraient plus qu’a apposer une étiquette en papier différenciant un produit d’un autre. Il n’y aurait plus qu’à nettoyer pour revaloriser. Pour conclure la solution est globale mais urgente car il y a un cout direct et indirect au déni de gestion de nos déchets par lesquels nous serons forcement rattrapés. L’incinération des déchets alimentaires pourquoi pas mais celle de tous nos déchets est inacceptable. L’appel aux consciences, à la bonne volonté et à la responsabilité de tous a échoué. Il est temps de passer à un autre système régulé, pénalisant financièrement les comportements peu vertueux et récompensant les autres. Le changement se fera du coup rapidement et sans trop d’effort…

Pour finir je ne pas sur de l’utilité de ma contribution et de mon temps passé lorsque l’on voit ce qu’il en est fait et de l’utilisation détournée des enquêtes publiques… Je rempli néanmoins mon devoir de citoyen conscient des défis de demain et désabusé devant l’inintérêt collectif à nos problèmes environnementaux actuel et futur…
Bien à vous
cordialement.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 10 h 30 min

S’unir dans la zone de l’océan Indien afin de traiter chez l’un ou l’autre des déchets spécifiques (plastiques,pneus, verre…)

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 23 octobre 2019 à 8 h 58 min

Mettre en place des reclycleries, au moins 3 sur le territoire Civis et soutenir les projets visant à lutter contre obsolescence ou le gaspillage.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 octobre 2019 à 21 h 02 min

Votre cinquième question: « Valoriser les déchets en les transformant en ressource (biogaz, électricité, recyclage, …) frôle « l’enfumage ». En Europe et en Amérique du Nord on a constaté depuis plus d’une décennie que la valorisation des déchets par incinération -même avec des Incinérateurs de grande capacité- n’était pas rentable pour obtenir du biogaz -trop des pertes (80%) d’énergie-, idem pour la valorisation en électricité.
Si vous voulez VRAIMENT recycler vous vous contredites: On ne peut pas à la fois vouloir recycler et « produire » de l’énergie avec un incinérateur en brûlant des déchets y compris des déchets recyclables. Donc, « Quod Demonstratum Erat » votre copie est à revoir!

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 octobre 2019 à 17 h 18 min

Il est temps de penser à nos enfants.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 octobre 2019 à 15 h 34 min

A La Réunion depuis des années, on cherche à gérer les déchets sans se soucier de qui les produit et comment ils sont produits.
Nous devons mettre l’argent public sur la réduction et la transformation A LA SOURCE avec un compostage des biodéchets, des réemplois et réutilisations locales, créant de l’emploi.
Votre solution du « tout mélanger et tout traiter ensemble » va inéluctablement poser un problème de débouché (agricole) des digestats. Je n’accepte pas qu’on mélange toutes les ordures ménagères pour produire un digestat de piètre qualité, sans doute pollué comme l’étaient les déchets verts et qu’on épande cela ensuite dans tous les champs. C’est une logique économique et de grands investisseurs, pas une logique territoriale qui agirait à petite échelle et prendrait soin de la terre et de la matière organique.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 octobre 2019 à 15 h 07 min

Objet de mon courriel : Je cherche depuis le 1er août à connaitre quelle est la procédure d’élimination à suivre pour des déchets industriels spéciaux en possession des particuliers et surtout, qui en est responsable ,qui pilote cette filière tant dans mon département que sur le plan national . Cette question reste sans réponse à ce jour

Les déchets spéciaux concernés : Radios médicales argentiques

Comme bon nombre de personnes j’ai accumulé au fil des années ,un grand nombre de radios médicales argentiques , remplacées aujourd’hui par des clichés numériques . Je possède ,pour le cas de ma famille, une quarantaine de radios médicales , qui n’offrent plus aucun intérêt au point de vue archives santé et ,dont je cherche à me débarrasser , proprement, sans polluer .
Ces radiographies argentiques sont considérées comme un déchet dangereux .Elles contiennent des sels d’argent susceptibles de polluer les milieux naturels si elles ne sont pas traitées correctement. A ce titre, elles ne peuvent pas être éliminées via la filière conventionnelle d’élimination des déchets ménagers . Si des radiographies sont jetées à la poubelle, l’argent qui est un métal lourd comme le mercure, sera libéré dans l’environnement. Il en résultera une pollution de l’air ou des eaux ou des sols .Abandonnée dans la nature, une radiographie mettra plus de 300 ans pour se dégrader….

Voici mon parcours qui n’ a suscité aucune réponse à ce jour.

Je me suis tourné bien entendu , en premier ,vers les cabinets de radiologie, puis les pharmacies, les cabinets médicaux et la réponse a toujours été la même :
-« Non, nous ne récupérons pas les anciennes radios médicales.

Des recherches sur internet m’ont appris que l’Ordre de Malte France ,gère en métropole la collecte de ce type de déchets pour les valoriser . Je leur ai posé la question , aucune réponse de leur part !
Donc, j’ai contacté l’antenne Réunionnaise de l’Ordre de Malte pour leur poser la question…Silence total, aucune réponse .

Puis j’ai contacté le Conseil Régional qui pilote le PREDIS , Le Plan Régional d’Elimination des Déchets Industriels Spéciaux , au bout de deux relances par courriel , on m’a répondu de contacter la société SUEZ qui sous-traite et gère une filière d’élimination de déchets dangereux….SUEZ ne m’a jamais répondu malgré plusieurs relances.

Ensuite, j’ai contacté le TCO , la Communauté d’agglomération du Territoire de la Côte Ouest , qui a en charge la gestion de l’enlèvement des déchets sur notre commune. Ils m’ont donné une réponse surprenante , certainement due ,de la part de mon interlocuteur ,à la méconnaissance du sujet :
-« Je dois les couper en morceaux et les mettre en plusieurs fois dans la. poubelle réservée aux déchets ménagers ….!!! Incroyable….. !!

J‘ai également envoyé deux messages au Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) , Accusé d’enregistrement 156535667100 du 09/08/2019 et Accusé d’enregistrement 156656255700 du 23/08/2019 . Aucune réponse…. Le 04 septembre j’ai envoyé un Tweet à Mme Brune Poirson , aucune réponse….

J’ai contacté aussi deux société ,dans le sud de la France ,DASTRI et RHONES ALPES ARGENT qui valorisent et collectent des déchets médicaux, seule la Sté DASTRI m’a répondu : cela n’entre pas dans le champ de leur éco-organisme . (au moins ils m’ont répondu….)

Donc ,aujourd’hui ,je suis toujours avec mes 45 radios médicales argentiques , stockées chez moi. Tant que je n’ai pas une solution propre pour éliminer ces produits….je les conserve !
Par extension, mon problème m’a fait réfléchir au nombre certainement extrêmement important de radios médicales , plusieurs centaines de milliers je suppose ,qui doivent être en possession des particuliers en métropole , sur notre Île ,ou dans les autres DOM TOM ,et qui ,de temps à autres, doivent être jetées avec les déchets ménagers ou les déchets recyclables….faute d’une autre filière d’élimination connue et officielle… ! Quelle pollution , quel gâchis !!!

Voici donc ma situation, je n’ai pas avancé d’un cm dans mon problème depuis le 1er août et mes radios sont toujours rangées dans une pochette en plastique sur une chaise ,sous ma varangue….

En vous remerciant d’avoir lu jusqu’au bout mon intervention,
Très cordialement
Michel T

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 octobre 2019 à 14 h 53 min

Je n’aime pas que vous mélangiez, dans la cinquième question, recyclage et « valorisation » énergétique : les deux s’opposent. Plus vous recyclez, moins vous offrez de déchets à brûler. L’incinérateur, ou UVE, ou combustion de CSR, appelez-le comme vous voulez, ne contribue absolument pas à lutter contre le réchauffement climatique, avec tout le CO2 que vous allez mettre dans l’atmosphère, et avec un certain nombre de polluants que la Nature ne sait pas recycler. Alors, oui, mille fois oui, aux 3R : réutiliser, recycler, et surtout réduire… Mais pas incinérer!

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 22 octobre 2019 à 7 h 04 min

Il faut avant tout agir à la base pour que les industriels trouvent d autres solutions pour réduire le plus possible les emballages, ce sont les plus gros responsables. Changer les mentalités dès le plus jeune age dans les familles et les écoles. Agir sur les dépots sauvages en donnant des amendes , pour cela avoir un police municipale qui puisse enquêter et sanctionner les pollueurs.

Inciter la population à réduire ses déchets par la réduction significative de fiscalité sur les déchets.

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 octobre 2019 à 18 h 00 min

Il faut taxer les entreprises qui sur emballent les produits
Taxer les entreprises qui n utilisent pas des emballages en cartons ou papiers recyclés ou en matières 100% biodegradables et taxer celles qui utilisent des plastique
Imposer aux grandes surfaces de proposer aux clients d amener leurs boîtes pour la viande ou poisson frais, et favoriser les clients qui utilisent leur conditionnements (ex : Proposer des avantages sur les cartes de fidélité, ou des pourcentages de réductions)
Consigner les bouteilles plastiques, et au mieux supprimer définitivement les bouteilles plastiques en revenant aux bouteilles en verre qui seraient consignées
Pouvoir trier les bouteilles de lait ou de sue jus de fruit en carton qui ont de l aluminium à l intérieur car à la réunion ces bouteilles ne sont pas recyclées à cause de l aluminium
Pouvoir recycler plus de plastiques comme les pots de yaourts,
Embaucher des ingénieurs qui pourraient trouver les alternatives aux plastiques dans les grandes entreprises comme Danone à la réunion , on doit bien pouvoir conditionner les yaourts dans d autres contenants,
Lorsque des fêtes de Noël ne vendre que des papiers cadeaux en papier recyclé le reste doit être interdit idem pour le papier des pub de magasins

Voir les commentaires et les réponses

Contribution postée le 21 octobre 2019 à 15 h 59 min

Je souhaite la construction d’un incinérateur et la verbalisation systématique pour les décharges sauvages sur les bords de route.

Voir les commentaires et les réponses

logo-ileva

©2019 - Tous droits réservés - Politique de confidentialité - made with by Futurun